Parallélisme

RETOUR > CONSEILS AUTO

Dans le domaine de la mécanique automobile, on appelle parallélisme le réglage de l’angle que forment les roues entre elles. Le parallélisme, avec d’autres paramètres, fait partie de ce que l’on nomme la géométrie de direction, qui appartient elle-même à la géométrie de suspension.

Comprendre ce qu’est le parallélisme

Tout d’abord, il ne faut pas confondre parallélisme et carrossage, bien que tous deux fassent partie de la géométrie de suspension, c’est-à-dire l’ensemble des éléments chargés de faire la liaison entre la carrosserie et les roues d’un véhicule.

Le carrossage constitue l’angle que forme la roue par rapport à la route sur le plan perpendiculaire. Vu de face, lorsque la partie haute de la roue penche vers la carrosserie, on parle de carrossage négatif et dans le cas inverse, de carrossage positif.

Le parallélisme représente l’angle et l’alignement des deux roues d’un même essieu. On remarque trois cas de figure distincts selon l’angle des roues (vu de dessus) :

  • On parle de pincement (ou de parallélisme positif) lorsque les plans de roues tendent à se croiser devant le train roulant.
  • On parle d’ouverture (ou de parallélisme négatif) si les plans de roues tendent à se croiser derrière le train roulant.
  • On parle de réglage neutre lorsque les roues sont parfaitement alignées l’une par rapport à l’autre.

Pourquoi vérifier le parallélisme ?

Un mauvais parallélisme ne présente à priori pas de risques majeurs. Toutefois, si le réglage de celui-ci n’est pas convenable, il s’accompagne de nombreux désagréments.

Le principal problème reste que le véhicule tire à droite ou à gauche et montre une usure irrégulière de la bande de roulement des pneus. En outre, un mauvais parallélisme peut aussi impacter la tenue de route, générer une consommation anormale de carburant ou causer une augmentation de la résistance au roulement par exemple.

Dans certaines situations, lorsque le parallélisme montre un gros défaut, notamment si la barre de direction est tordue, il peut altérer le fonctionnement de l’ESP. Quand cette situation survient, le volant n’est plus droit et le système ESP se déclenche, car il considère que le véhicule dérape.

En France, l’angle de dérive entre les roues, que l’on nomme aussi angle de ripage, est vérifié au cours du contrôle technique.

On réalise cette mesure sur chaque essieu de manière indépendante, cet angle de dérive est exprimé en degré ou en millimètres.

Configurations spéciales du parallélisme

Un parallélisme avec un réglage neutre présente le meilleur compromis entre performance, usure mécanique et usure des pneus.

Lorsque le parallélisme des roues avant est positif, davantage de contraintes sont exercées au niveau des éléments mécaniques de la direction. Cette configuration renforce la stabilité à vive allure au détriment de la maniabilité.

Quand les roues arrière ont un parallélisme négatif, elles accordent plus d’agilité, mais contribuent aussi à un survirage plus prononcé.

Comment préserver son parallélisme

En général, le parallélisme se dérègle suite à des chocs, notamment avec les bordures et les trottoirs. Si une roue subit un impact latéral, il y a de fortes chances que la géométrie de l’essieu soit altérée.

Songez à prendre rendez-vous dans un garage pour faire vérifier et corriger votre parallélisme. Afin d’éviter les mauvaises surprises et des réparations, il est généralement conseillé de contrôler le parallélisme une fois par an, en même temps que les amortisseurs.